mercredi 19 décembre 2012

Archéologie, une histoire sans fin

C'est un documentaire qui se lit comme un roman ; L'Archéologie nous emmène sur la trace des hommes préhistoriques, des Aztèques, des Indiens, des Vikings mais aussi des Celtes, des Grecs et des Romains. Rien moins que quatorze grandes civilisations sont évoquées mais c'est l'approche pratiquée par l'auteur qui rend le livre passionnant. Ces civilisations mémorables sont racontées pas à pas au fil des découvertes  chronologiques des chercheurs .
On apprendra que Lucy l'Australopithèque doit son nom à la célèbre chanson des Beatles qui passait à ce moment là à la radio. Une anecdote assez célèbre puisqu'elle est passée dans la culture générale. Mais on en découvrira d'autres  moins connues. 
L'Archéologie présente également un glossaire à la fin du livre qui permet de préciser de nombreuses définitions et renvoie aux pages du livre où l'article est traité.
Un documentaire pas du tout ennuyeux qui plaira aux passionnés d'histoire et aux curieux. Le texte est passionnant ; on y apprend plein de détails grâce aux nombreux encarts pratiqués sur les pages ; il n'en reste pas moins que le livre manque un peu d'illustrations.

Dès 11 ans.


L'Archéologie 
une histoire sans fin
de Anne Rose de Fontainieu
illustré par Aurore Callias
Editions Gallimard Jeunesse
Collection Giboulées

mardi 18 décembre 2012

Sam et Julia dans la maison des souris

Karina Schaapman crée ici un album tout à fait surprenant.

 Elle nous raconte l'histoire de Sam, un jeune souriceau plutôt timide et de Julia son amie,  plutôt intrépide.

L'originalité de cet album est d'avoir été écrit et créé après la construction de la maison par l'auteur, une Hollandaise qui a passé un temps fou à la fabriquer   ainsi que les éléments qui en font partie. Elle a dû chiner les éléments qui la constituent, coudre, récupérer et bricoler chaque détail.






 C'est à la fin de la réalisation  de son oeuvre que l'idée lui est venue  de continuer l'aventure et de donner vie à Sam et Julia, les deux petites souriceaux qu'on suit à travers leurs périgrinations .

Nos deux petits héros nous emmènenent visiter la maison au fil de leurs aventures.
Dès 5 ans.





Sam et Julia dans la maison des souris
de Karina Schaapman
Editions Gallimard jeunesse
Collection Giboulées.  


lundi 17 décembre 2012

César

César est le dernier Solotareff. Il nous raconte l'histoire d'un oiseau élevé en cage avec son papa. Celui-ci lui raconte des histoires de  son  pays d'origine. Mais surtout César est passionné par les histoires de crocodiles et quand il sera grand, il veut devenir roi des Oiseaux et manger un crocodile. Un jour, la cage reste ouverte et César s'envole vers la liberté direction le Sud. Il y découvrira que les crocodiles ne se mangent pas et qu'on peut devenir ami avec ces derniers. C'est l'occasion d'une belle leçon d'éthologie car il existe une espèce d'oiseau sur les bords du Nil qui aide le crocodile à se nettoyer les dents et donc saute avec confiance dans la  gueule de ce dernier qui le laisse faire. Un album aux couleurs chatoyantes avec de superbes paysages pour faire rêver de destinations exotiques.
 
Grégoire Solotareff est le papa de Loulou, le petit loup qui vit une histoire d'amitié impossible avec un lapin car c'est bien connu, les loups mangent les lapins. Dans le roi crocodile, c'est une petite fille Lila qui gagnera l'amitié de ce terrible roi.



Il existe une multitude d'histoires de crocodiles dans la littérature de jeunesse mais c'est à André François pour Les Larmes de crocodile que Grégoire Solotareff a choisi de rendre hommage en quatrième de couverture.



 
Dès 4 ans.

César 
de Grégoire Solotareff
Editions Ecole des loisirs.   

jeudi 6 décembre 2012

Ou est notre maman?


Cinq petits têtards ont perdu leur maman. Ils partent à sa recherche. Mais à quoi est-ce que ça ressemble une maman têtard ? Chaque rencontre leur apportera un indice différent. La maman du petit poisson leur dira qu'elle a quatre pattes, le crabe (terrifiant avec sa grosse patte animée) qu'elle chante très fort et fait "coâa coââ". 

Un album animé pas trop fragile qui conviendra aux plus jeunes et leur donnera l'occasion d'apprendre les animaux qui vivent dans les cours d'eau. 


L'histoire est adaptée d'un conte chinois par l'illustratrice Yating Hung.
Dès ans et demi.


Ou est notre maman?
de Yating Hung
Editions La Martinière jeunesse. 

mercredi 5 décembre 2012

No pasaran, endgame

Seize ans après la parution de No pasaran le jeu Christian Lehmann publie la fin de la trilogie No pasaran, endgame.

Andréas est toujours bloqué dans le jeu "l'Expérience ultime" en 1942 alors que Eric et Thierry se sont fait éliminer du jeu et ne peuvent plus rien faire pour lui.
La disquette s'avère être en fait un moyen de remonter le temps. Gilles, le frère d'Eric, reporter de guerre, découvre leur secret et part dans le passé à la recherche d'Andréas dans la France occupée de la Seconde Guerre mondiale.

Dans ce volume, tout se résout enfin. Les interrogations laissées en suspens au fil des chapitres des premiers tomes trouvent enfin leur réponse. L'auteur joue avec les codes du voyage temporel avec aisance. D'ailleurs je me demande si en écrivant la scène où les ados achètent la disquette à Londres dans le premier tome, l'auteur savait déjà qui était le vieillard qui leur vendait cette dernière ou si l'idée de réintroduire ce personnage lui est venue plus tard. Quant à ce jeu, je me demande si dès No pasaran, il était si évident que ce dernier  permettait de voyager dans le passé.

Comme je le disais précédemment, la trilogie se clôt de manière définitive avec ce dernier volume et les questions qui me viennent en tête concernent plutôt la genèse de l'écriture.

Au fil des trois tomes, les personnages évoluent. Éric et Thierry continuent leur vie malgré la disparition d'Andréas. Ils sont devenus adultes. Thierry travaille dans un hôpital. Eric fait la connaissance de la mère d'Andréas et tombe amoureux de la cousine de Khaled.
Ce dernier tome redonne sens au premier volume No pasaran le jeu. En effet, le roman soulignait les dangers et les dérives possibles des jeux informatiques. C'était pourtant bien avant l'arrivée de la banalisation d'Internet et des réseaux sociaux. Les tomes suivants font du premier tome un récit sur les débuts de l'informatique. La réflexion qui s'en dégage dépasse ce cadre et donne des pistes au lecteur pour réfléchir sur la nécessité de l'engagement.

"L'expérience ultime", c'est une leçon sur la vie. Ce que nous apprennent les personnages de ce roman c'est qu'il faut apprendre à regarder par soi-même. Andréas est prisonnier de l'éducation que lui a donnée son père, politicien extrémiste engagé et se conduit comme ce dernier. Lâché dans la France de la Seconde Guerre mondiale, le jeune garçon veut œuvrer pour les nazis. De l'autre côté de l'écran, Gilles va tenter de tout faire pour arrêter ce dernier. C'est un duel de convictions qui s'engage alors.

Christian Lehmann, No pasaran, endgame
Editions Ecole des loisirs.

mardi 4 décembre 2012

Noël au bout du chemin

C'est l'histoire d'un renne qui se réveille tout seul. Ses compagnons sont partis. Il est encore jeune. Mais son instinct lui dit que rien ne doit le détourner de son chemin, ni les bonbons alléchants, ni les fruits cramoisis qu'il croise sur son chemin. Trois bonhommes de neige tentent de l'arrêter : "viens jouer avec moi" lui propose l'un d'entre eux. On se demande où va ce renne et quelle puissance l'anime? même si au fond du cœur, on s'en doute un peu. En tout cas, la magie fonctionnera sans hésitation pour les petits.
Des pop-ups qui se dressent à chaque page, des couleurs pastels pour retracer la beauté de la forêt sous la neige. Les paysages sont superbes et merveilleux dignes des pop-ups dits "artistiques" réalisés pour les "grands".
Or   cet album animé est destiné aux plus petits et communique la magie de Noël rien qu'en le regardant.


On retrouve ici le talent de Claire Trévise qui nous avait enchantés avec Le loup n'est peut-etre pas si loin.
 

Dès 3 ans (voire moins mais l'album reste quand même fragile pour les petites mains.)

Noël au bout du chemin 
de claire Trévise
Editions Quatre fleuves.

lundi 3 décembre 2012

Noël aux Antilles

A l'approche de Noël, Didier jeunesse nous propose un album qui nous emmène au soleil. Aux Antilles, sous la chaleur, Noël se prépare tout autant qu'en métropole et même parfois plus tôt que chez nous.
Cette sélection de 12 chansons au rythme entraînant reprend des classiques qui se chantent  les semaines  précédant la fête comme Michaud veillait ou Allez mon voisin. Joseph mon cher fidèle, le premier morceau du disque, raconte l'histoire de Marie et de Joseph cherchant un logis à la veille de la naissance de Jésus. Ces chants sont principalement religieux et ont trait à l'enfant divin.

On avait coutume de se regrouper en famille ou entre voisins pour chanter ensemble des chants de Noël pendant le temps de l'Avent. Tout le monde possédait  son recueil de chants et tout le monde participait. Les paroles de ces chansons étaient en français même si des refrains en créole étaient repris et donnaient l'occasion de se défouler sur des improvisations aux tambours.


Aux Antilles comme en métropole, CD et télévision tendent à faire disparaître ces coutumes des "chanté Noël ". Il n'y a guère plus qu'aux enfants qu'on apprend ces chants. Ce livre cd fera connaître aux enfants des îles comme à ceux de France les chansons de Noël que les générations précédentes ont chanté : une manière bien agréable d'attendre ce jour.

Laurent Corvaisier, qui avait illustré A l'ombre du flamboyant, recueil de comptines créoles chez le même éditeur, réalise les dessins de cet album. Des couleurs chaudes et un dessin qui rappelle parfois celui de Gauguin complètent parfaitement ce livre-cd qui nous emmène loin d'ici le temps de ces douze chants.

La préface d'Hector Poulet nous fait vivre cette fête en Guadeloupe. Ce dernier nous raconte les Noëls de son enfance. Un récit emprunt de nostalgie qui nous apprend comment se passait Noël dans les îles il y a quelques années.


Noël aux Antilles
sous la direction de Nathalie Soussana pour le choix des textes
et Jean-Christophe Hoareau pour la musique,
interprépar Dédé Saint-Prix, Sylviane Cedia, Marie-Joëlle Hippomene.
Illustrations de Laurent Corvaisier
et préface d'Hector Poulet.
Editions Didier jeunesse.  

jeudi 15 novembre 2012

Le chat de Mathilde

On savait qu'Emily Gravett aimait les chiens et voilà qu'elle nous raconte cette fois l'histoire d'un chat, celui de Mathilde.

Emily Gravett nous fait le détail de tout ce qu'aime ce félin. Mais à voir la tête du minou, on se demande si il prend autant plaisir que celle-ci à toutes les activités que lui concocte sa petite maîtresse.
 


Quant à  la petite fille costumée dans sa tenue tigrée comme le pelage de son ami à quatre pattes, elle fait penser spontanément à Max et les Maximonstres de Maurice Sendak. 



Mais ce chat, pourquoi se laisse-t-il faire? Fin mot de l'intrigue dans les dernières pages de l'album.









Emily Gravett nous brosse avec humour le portrait de ce duo attachant. On croise même d'autres personnages des ses précédents albums puisque Mathilde, elle aussi aime les histoires d'Emily Gravett. Cependant les chiens ne sont peut-être pas du goût d'un chat même si c'est celui de Mathilde.

 

Les livres de l'auteur donnent envie de relire tous les autres ; on ressortira les chiens pour les "grands" et aussi, Orange Pomme Poire pour les  plus petits.
 
 
Emily Gravett est un auteur à découvrir pour ceux et celles qui ne la connaissent pas encore. Pour les fans, ne manquez surtout pas celui-ci, vous ne serez pas déçus!                                                  Dès 4 ans. 


Le Chat de Mathilde 
d'Emily Gravett
Editions Kaléidoscope.
 
 

mercredi 14 novembre 2012

L'étrange réveillon

 
C'est un album original que cet étrange réveillon auquel nous convie Arthur.
 En effet, jeune orphelin élevé par des domestiques dans une grande maison, il s'ennuie et se pose beaucoup de questions sur la vie et sur la mort. Bien que le décès de ses parents l'ait laissé énormément riche, ce qui lui permet de s'offrir tout ce qu'il veut, Arthur ne peut accepter leur disparition.






Pour le réveillon, Arthur demande à inviter des morts. Les domestiques n'osent s'opposer à la volonté du petit garçon et la soirée s'organise.


 

Il y a une ambiance Tim Burton dans ce conte fantastique un peu surprenant ; le petit garçon est attendrissant ; il vit dans un monde étrange. Le dessin noir et blanc aux rares touches de couleur de Lionel Richerand accentue cette impression. Arthur est touchant dans sa détresse de petit garçon grandi trop vite, solitaire dans cette grande maison. 





Les textes sont poétiques et des rimes rythment les pages. Mais à aucun moment le conte ne devient macabre. Bertrand Santini préserve la magie de Noël dans ce récit dans lequel l'enfant aura au final le plus beau des cadeaux, celui de redevenir un petit garçon.
Dès 6 ans.

 
L'Etrange réveillon
de Bernard Santini
Illustré par Lionel Richeland
Editions Grasset jeunesse

mardi 13 novembre 2012

L'inspecteur cat's

 Ce livre CD démarre sur un générique hyper entraînant à la manière d'un dessin animé. Les dialogues et les paroles des chansons de l'album ne sont pas sans évoquer Cat's eye, Inspecteur Gadget et d'autres dessins animés.

Des chansons rythmées et un peu jazzie s'intercalent entre les  scènes de cette comédie musicale. 

L'inspecteur Cat's secondé de son fidèle Berlioz mène l'enquête sur la disparition de l'illustre Pouâlane, le roi des magiciens. Ils luttent contre l'infâme mais féline Félicia, l'ignoble rat Tafia et le cruel docteur Fox.
Le dessin d'Eric Héliot évoque un peu celui d'Yvan Pommaux ; les animaux sont humanisés comme chez ce dernier. Des cases et des bulles remplissent les pages donnant un petit air de BD à l’enquête.

On est plongé dans une ambiance très année cinquante que ce soit dans le bar du Clébar ou dans les rues de la ville. Dès la première page, illustrations et textes évoquent le climat sordide des polars noirs de l'après guerre.

Le texte et les chansons sont interprétés par Agnès Bihl qui signe ici sa première prestation pour la jeunesse. Les musiques sont de Dorothée Daniel qui travaille généralement avec cette dernière. L'album et le CD forment un ensemble fort réussi et très original. 

Dès 6 ans. 






L'inspecteur cat's 
et le mystère de la rue Jean-Némar
d'Agnès Bihl pour le texte et les chansons  
illustrations d'Eric Héliot. 




lundi 12 novembre 2012

Lyuba ou la tête dans les étoiles.

Les Roms, on les croise souvent dans le RER ou les métros en région parisienne. Ils proposent la bonne aventure ou font la manche.
L'histoire de Lyuba, une petite fille venue de Roumanie avec ses parents nous fait pénétrer dans cet univers qui nous est si étranger. Elle vit dans un "platz" en banlieue parisienne ; la vie y est dure. Le linge se sèche pas ; l'humidité est permanente. Là-bas, en Roumanie, ils avaient une maison. Lyuba allait à l'école.




Quand ses parents ne sont pas là, c'est elle qui s'occupe de ses frères et sœurs plus jeunes. Au fil des pages, Lyuba raconte sa vie, les déménagements successifs (car rester dans un platz ne peut jamais être définitif). Une fois de plus, ils doivent partir de ce platz : la police les fait évacuer trop vite et le jouet de Zimba sa petite sœur tombe. Lyuba n'a pas le temps de le ramasser ; les policiers les évacuent et la petite fille pleure.
 
Le texte est écrit avec sensibilité ; le regard de Lyuba est lucide ; elle a 14 ans et est déjà mûre pour son âge. Elle nous raconte son quotidien avec réalisme

Ce texte à la fois documentaire et fiction est accompagné d’encarts comportant des notes permettant aux enfants de comprendre le vocabulaire spécifique employé et explique la situation des Roms de divers points de vue, à la fois historiques, sociologiques, ethnologiques et géographiques.

Dès 8 ans.

Lyuba ou la tête dans les étoiles
de Valentine Goby 
illustrations de Ronan Badel 
Editions Autrement.   

lundi 5 novembre 2012

Les mélodies lumineuses de Winnie

Je m'étais promis de ne pas craquer et d'éviter les livres typés licence Disney ou produit dérivés mais devant les yeux malicieux de Winnie l'ourson, j'ai craqué. Tout d'abord parce qu'il n'y a toujours pas de traduction française de l'histoire de Winnie l'Ourson telle que l'a publiée Alan Alexander Milne en 1926  illustrée par   Ernest Howard Shepard et également parce que Winnie est une figure mythique de l'enfance.
Le principe de cet album cartonné est d'associer chaque page à un personnage en appuyant sur le bouton qui le représente. Une étoile scintillante, brillante dans le noir, s'allume quand on appuie sur une touche.
Mais le plus, c'est de pouvoir faire des karaokés. En effet, les mélodies jouées sont uniquement musicales et il faut réussir à chanter les paroles en s'accompagnant de la musique. Et ce n'est pas forcément évident de chanter juste. Les plus grands pourront s'y essayer ainsi que Papa et Maman car il faut bien le dire, Bébé adore qu'on lui chante des berceuses.
On reconnait sans mal quelques airs comme  "Ah vous dirais-je maman" et "Frère Jacques". Les paroles sont pleines de tendresse et conviennent parfaitement à une lecture avant la sieste. Cependant, l'exercice n'est pas si facile qu'il y paraît car il faut chanter juste.
Dès 10 mois.


Les Mélodies lumineuses de Winnie
d'après l'oeuvre de A.A. Milne.
Editions Hemma.