vendredi 6 décembre 2013

Flocons d'amour

Ce recueil de nouvelles est "le" livre à lire en  attendant Noël. 


Écrit par trois grands auteurs spécialistes de la littérature adolescente, il évoque des thèmes de prédilection des jeunes : la famille, l'amour et l'amitié et nous donne à lire une histoire de Noël de circonstance en cette période de l'Avent.


Tout commence à Richmond en Virginie. On fait la connaissance de Jubilé qui s'apprête à fêter Noël avec son amoureux Noah et qui finalement doit tout annuler pour se rendre en Floride chez ses grands-parents. Jubilé est à la fois déçue et inquiète pour ses parents arrêtés lors d'une émeute dans un magasin la veille de Noël. Le train qu'elle prend est stoppé par la tempête et elle se retrouve bloquée à Gracetown "au milieu de nulle part" pour cette nuit de Noël.

Le Jubilé express est la première nouvelle du livre. Elle est écrite par Maureen Johnson, l'auteur des Treize Petites Enveloppes bleues, dont la suite, inattendue, est sortie récemment sous le titre de La Dernière Petite Enveloppe bleue. L'héroïne de cette première nouvelle, Jubilé, ne manque pas d'humour. Dans le train, elle rencontre Jeb, puis Stuart et rien ne se déroule comme elle l'avait prévu pour ce jour de Noël.

La seconde nouvelle du livre, Un Miracle de Noël à pompons est de John Green. Il est l'auteur de Qui es-tu Alaska qui avait été une révélation pour moi et plus récemment de Nos étoiles contraires. Ses romans sont très forts aussi bien du point de vue des thèmes abordés (qui sont généralement difficiles mais auxquels les adolescents sont particulièrement sensibles) que de l'analyse des sentiments des personnages.

Alors qu'on croit se plonger dans un autre univers, en faisant connaissance de J.P, du duc et de Tobin, trois jeunes en train de regarder des dvd une après-midi de veille de Noël, on s'aperçoit que ces derniers vivent également à Gracetown et que cette nouvelle se déroule en même temps que la précédente. C'est ainsi qu'on croise des personnages déjà rencontrés dans la première nouvelle, notamment une bande de pom-pom girls particulièrement pénibles et sans cervelle, (si on en croit Jubilé) dans un waffle house qu'elles viennent d'investir. De rebondissement en rebondissement, tout se terminera au Starbucks.

C'est d'ailleurs là que travaille Addie, l'héroïne de la troisième nouvelle Le Saint Patron des cochons de Lauren Myracle. Addie est toujours amoureuse de Jeb (Vous vous souvenez, le garçon que rencontre Jubilé quand elle est forcée de s'arrêter à Gracetown à cause de la tempête ? )  Elle n'a aucune nouvelle de ce dernier à qui elle a envoyé un mail de dernière chance alors que leur histoire est terminée. Elle  est donc désespérée mais file quand même à son boulot avec pour mission de ramener un cochon miniature pour sa meilleure amie. C'est dans le Starbucks que se retrouveront (ou pas) les couples de ce Noël sous la tempête.

Flocons d'amour est un texte sans prétention, léger, drôle et très plaisant à lire. Il est amusant de suivre les pérégrinations de ces jeunes dans la ville, de les perdre et de les retrouver. On espère avec eux que tout va s'arranger dans leur vie sentimentale. On apprend qu'il existe des cochons miniatures, qu'on peut collectionner des Villages de Noël de Flobie (c'est une sorte de village miniature très prisé pour certains comme les parents de Jubilé et la mère de Stuart), qu'on peut être juif et aimer fêter Noël et  qu'on fête le "Smörgasbord" chez certaines familles originaires de Suède. Et quand on referme le livre et qu'on a envie de prolonger l'ambiance, il suffit d'aller dans un Starbucks et de commander un "caffè latte".

Dès 12 ans.




Flocons d'amour
de John Green,
Maureen Johnson
et Lauren Myracle
Editions Livre de Poche jeunesse.






jeudi 5 décembre 2013

Bonne nuit petit monstre vert

Après Va t-en Grand Monstre Vert, qui est un best-seller dans le monde entier, Ed Emberley nous fait partager une histoire pleine de tendresse idéale pour le coucher.
Bonne nuit, petit monstre vert est construit de la même manière que son grand frère.
Il s'agissait dans l'album Va-t-en Grand Monstre Vert de s'approprier la peur du monstre en construisant dans un premier temps le monstre puis page après page de le déconstruire pour ne plus faire de cauchemars à la manière d'une technique thérapeutique. Tout se terminait par "Va-t-en grand monstre vert !"


Bonne nuit petit monstre vert utilise le même procédé.  C'est un album à lire le soir pour aller faire dodo sans histoire. Page après page, le tout-petit découvre son petit héros. D'abord, il voit ses deux petits yeux jaune puis son nez bleu turquoise ; Progressivement, le visage se construit. Et là, surprise! ...  Ce petit monstre vert a une tête bien sympathique qui rappelle les Télétubbies. L'album très coloré permet de visualiser nettement les couleurs : le visage est vert, la bouclette est violette, la bouche rouge, la dent blanche, le nez et les oreilles bleu turquoise, les yeux sont jaunes et le petit Monstre, bien sûr, est vert comme son grand frère. Ce défilé de couleurs permet de contribuer à l'apprentissage de ce domaine.

Mais lorsque la première étoile apparaît, on commence à dire bonne nuit à chaque morceau du visage jusqu'à ce que les yeux disparaissent et que toutes les étoiles soient dans le ciel pour faire dodo.
Dès 18 mois.




Bonne nuit, petit monstre vert
de Ed Emberley 
Editions Kaleidoscope.

mercredi 4 décembre 2013

Pere Noel la Course aux cadeaux



Ce sera l'album de Noël de cette année 2013. Il ravira les bébés qui ne se souviennent pas des Noëls précédents parce qu'ils étaient trop petits et les accompagnera jusqu'au jour de la fête.

Ce tout-carton  nous emmène dans l'atelier du Père Noël. On assiste à la préparation des cadeaux et on suit toutes les étapes jusqu'au jour de  la distribution.

L'originalité de cet album c'est de mettre nos petits lecteurs à contribution. Tout d'abord, on réveille le Père Noël en soulevant sa couette et en lui chatouillant les pieds. A chaque page, on aide ce dernier et ses lutins dans leurs tâches. On parcourt tous les détails de la double page comme dans un "cherche et trouve" pour terminer la fabrication d'un ours en peluche.
On soulève des flaps pour vérifier que le Père Noël n'a rien oublié pour la distribution des cadeaux.
Un véritable album interactif qui s'adresse aux touts-petits. Les couleurs chatoyantes ainsi que les matières à toucher raviront les plus jeunes.
Des 2 ans.

Père Noël
La course aux cadeaux!
de Pakita
illustré par Charlotte Ameling 
Editions Nathan.





mardi 19 novembre 2013

Tout d'un loup

On savait qu'Antoine Guillopé aimait dessiner les loups. Avec Loup noir, il donnait la pleine mesure de son talent dans un album sans texte où sa technique excellait à illustrer l'histoire d'un petit garçon et d'un loup. 
Dans Tout d'un loup, il alterne noir et blanc mais avec des touches de couleur pour mettre en valeur l'histoire de Géraldine Elschner.


Le narrateur de ce texte a tout d'un loup :


"J’avais les oreilles droites,
des crocs blancs et pointus,
l’échine un peu courbée
sous mon poil argenté.
— Tout d’un loup ! ..."
Les gens en ont donc peur et personne n'ose l'approcher jusqu'au jour où...
Par le biais du conte, cet  album  enseigne qu'il ne faut pas se fier aux apparences. Des touches de couleurs envahissent petit à petit l'histoire traçant à cette bête enfermée dans un chenil un destin bien différent.
L'histoire est simple à lire ; elle convient parfaitement à des enfants qui débutent la lecture. Images et textes sont parfaitement complémentaires et aident l'enfant à comprendre le texte. Le sujet permet de les faire réfléchir aux apparences et à ce qu'elles peuvent cacher.
Dès 6 ans.
Tout d'un loup
de  Géraldine Elschner
illustré par Antoine Guillopé
Editions Elan vert

lundi 18 novembre 2013

Challenge, la famille dans tous ses états

Pour la première fois, je participe à un challenge, celui du blog le  bruit des livres. Il s'intitule "la famille dans tous ses états" et il s'agit de chroniquer un livre d'ici fin Avril 2014 dans les catégories suivantes ; j'ai donc choisi parmi  celles-ci les titres suivants :

-La famille au complet : Treize à la douzaine de Gilbreth

-Tante/ Oncle: C'était mon oncle de Grevet.


- Parents/Enfants (père/fils ou fille; mère/fils ou fille) : Il faut sauver papa de Pete Johnson.

 - Grands-parents/petits enfants : Le voyage de Mémé de Gil Ben Aych.

Le but principal de ce challenge, j'avoue est de faire baisser ma PAL jeunesse et c'est pourquoi j'ai choisi des titres plutôt anciens qu'à ma grande honte, je n'ai toujours pas pris le temps de lire. 

Si l'idée vous séduit, libre à vous de me rejoindre et de vous inscrire sur le site le bruit des livres ici . Vous y trouverez toutes les informations nécessaires. Les non-blogueurs sont également les bienvenus.




dimanche 10 novembre 2013

Un peu perdu

"Chouette ! Une réimpression !" me suis-je dit en voyant Un peu perdu. Mais cette fois l'album est directement destiné aux tout-petits avec des pages solidement cartonnées, un format bien plus petit et des coins arrondis.



C'est une histoire toute simple parfaitement adaptée aux plus jeunes. Un adorable petit bébé chouette tombe du nid. On retrouve là une situation classique de la littérature pour jeunesse, un animal qui cherche sa maman et qui met à contribution tous ceux qu'il rencontre. 





Cet album m'évoque aussi le célèbre Bébés Chouettes de Martin Waddell illustré par Patrick Benson chez Kaleisdoscope dans lequel Sarah, Rémy et Lou attendent leur maman, Lou, la benjamine, déclarant "Je veux ma maman". Cet album publié en 1992 reste une référence en matière de "chouettes" dans la littérature de jeunesse.
Ici, c'est un écureuil un peu stupide que rencontre notre petit héros (impossible de ne pas penser à "Scrat" l'écureuil pas très malin de l'Age de glace). C'est, flanqué de ce dernier, que notre petite chouette fera le tour des animaux de la forêt.



Les enfants ne résisteront pas au côté répétitif de l'album, chaque scène se soldant par un échec. Quand l'écureuil déclare savoir où est la maman, on tombe sur un ours, puis un lapin et enfin une grenouille. Bébé chouette décrivant chaque fois un peu mieux sa maman sans que l'écureuil ne se décourage.



L'album est un plaisir à lire. On adore les onomatopées comme le "Oh oh" annonçant qu'il se passe quelque chose dans l'image, les "Ok, Ok" de l'écureuil qui n'a pourtant pas forcément tout compris.
Le dessin est plein de tendresse. Les grands yeux de bébé chouette sont très expressifs et ceux de la Maman qui laisse couler une larme ne le sont pas moins. Les animaux semblent tout droit sortis d'un dessin animé avec leurs regards stupéfaits semblant dire à l'écureuil : " J'ai une tête à être la maman d'une chouette ? "

Il s'agit ici du premier album de Chris Haughton. Un peu perdu a reçu de nombreux prix dans le monde entier et en France en 2012, le prix Sorcières dans la catégorie tout-petits. Il s'est inspiré de figurines traditionnelles mexicaines pour la création de sa petite chouette ainsi que des animaux qu'il met en scène dans l'album. On attend avec impatience son prochain album en Février 2014, Chut ! On a un plan chez Thierry Magnier.
Dès 2 ans.

Un peu perdu 
de Chris Haughton
Editions Thierry Magnier

jeudi 7 novembre 2013

Effacée





Depuis le succès de la trilogie Hunger Games, les dystopies ainsi qu'on les  appelle, pullulent sur le marché des "young adults". 












Uglies
de Scott Westerfield
Editions Pocket jeunesse


La tétralogie d'Uglies en 2007 de Scott Westerfield avait vraiment été une révélation du point de vue de la narration à sa sortie, comme Hunger Games de Suzanne Collins le sera plus tard. 







 


Dans le cas présent, j'avoue avoir été happée dès les premières pages. Ce n'est pas  le sujet qui m'a captivée car l'effet surprise de ces dystopies s'est émoussé avec le temps.


L'histoire de Kyla se déroule en 2050. Les enfants mineurs qui ont commis des crimes sont "effacés", c'est-à-dire reconditionnés pour pouvoir vivre une vie nouvelle avec des parents différents dans une famille inconnue. Ils ne gardent pas de souvenirs de leur vie précédente.

Kyla vit ses derniers jours à l’hôpital lorsque le roman commence. On la suit lors de ses premiers pas dans le monde réel lorsqu'il lui faut pratiquement tout réapprendre. Mais elle est rapide et très vite, elle intègre le lycée, commence une vie d'adolescente pratiquement normale. Seuls ses cauchemars incessants lui font craindre le pire. Elle a l'intuition qu'il y a quelque chose d'anormal dans cette procédure d'effacement et que tout n'est pas aussi simple qu'on le lui dit. Elle est hantée par la question de savoir quel crime elle a commis dans le passé. De plus, elle semble être l'unique "effacée" à être rongée par cette dilemme. Ni sa sœur, ni Ben son petit ami qui l'ont été également,  n'ont envie de savoir.




Les Fragmentés
de Neal Shusterman
Editions Le Masque Poche.
Effacée nous plonge dans le cerveau d'une adolescente. Cette problématique de la place de ces derniers dans la société n'est pas nouvelle. Les Fragmentés de Shusterman dont la suite est parue récemment évoque également cette thématique. Chacun de ces romans parle de cette période troublée que chaque parent a du mal à gérer. Dans ces sociétés à un moment ou à un autre, adolescence a rimé avec délinquance ce qui a amené les gouvernements à prendre des mesures préventives contre eux. Chez Shusterman, ce sera la fragmentation pour éviter à l'adolescent de gâcher sa vie. Chez Teri Terry, l'auteur d'Effacée, on enlève les enfants pour les reprogrammer dans le but qu'ils soient utiles à la société.
Cette problématique de la société fait écho au malaise adolescent. C'est un âge où les jeunes cherchent leur place dans la société, où leurs personnalités se construisent. Pour  ces raisons, les dystopies et romans de science-fiction qui abordent ces thèmes sont très en vogue dans cette classe d'âge. Ils font suite aux romans d'apprentissage du XIXème siècle tout en leur procurant l'évasion qu'apporte un texte d'aventure.

Kyla est un personnage attachant ; elle a un don pour le dessin, une mémoire photographique stupéfiante. Elle apparaît comme différente dès les premières pages. Pourtant sa différence en fait une adolescente de notre époque. Elle a une passion : celle de dessiner et de se perfectionner dans cet art, des envies, celle de vivre son amour mais aussi peur d'être démasquée et identifiée comme quelqu'un indigne de poursuivre sa vie et d'être à nouveau "effacée" et de risquer de perdre ce qui fait son identité. Kyla est rongée par ces envies, ces contradictions et est dominée par l'envie de vivre qui l'incite à la prudence.

Premier tome de ce qui sera une trilogie, ce roman a déjà donné lieu à des trailers. En voici un qui montre à quel point ce personnage fait rêver : 


Effacée 
de Teri Terry
Editions La Martinière jeunesse.

lundi 4 novembre 2013

Raconte moi l'histoire de l'ours



Raconte-moi l'histoire de l'ours est un album qui nous fait assister à un beau moment de tendresse à l'heure du coucher : la lecture du livre du soir. Avant d'aller dormir, le petit garçon tend son livre préféré à sa maman pour qu'elle le lui lise.









 
Le lecteur assiste tout d'abord à  ce moment privilégié entre la mère et l'enfant puis apparaissent les premiers paysages ; nous sommes entrés dans l'histoire lue par la Maman à son petit garçon. Les pages de l'album s'ouvrent   sur des paysages de neige. Un ours  entre en hibernation. On y voit des enfants qui patinent sur la glace. On aperçoit un chevreuil, un lapin et même un renard un peu plus tard dans le récit.






Dans l'album, la lecture du texte par la maman est entrecoupée de moments d'échanges entre cette dernière et le petit garçon. Quand l'enfant demande à sa mère pour  patiner sur un lac gelé, elle lui répond qu'il est bien trop petit.



Au moment décisif où l'ours se réveille, l'enfant s'est endormi.





Les illustrations  à la gouache  accentuent le côté onirique de l'album ; ils mettent  en valeur la beauté de la nature, le calme et les changements dans le paysage au fil du temps qui passe et des saisons qui se succèdent.

 Georg Hallensleben est l'illustrateur de Gaspard et Lisa et de Pénélope (en collaboration pour les textes avec Anne Gutman). Il a déjà illustré les textes de Kate Banks par le passé et c'est  un plaisir de les retrouver ensemble pour ce nouvel album. Elle est également auteur de romans pour les adolescents et ses albums sont toujours écrits avec une grande sensibilité.

Dès 4 ans.
Raconte-moi l'histoire de l'ours 
de Kate Banks
Illustré par Georg Hallensleben
Editions Gallimard jeunesse.





dimanche 3 novembre 2013

Ça dépend


Ça dépend est un album animé assez petit pour être tenu dans les mains de bébé.
Celui-ci s'amusera avec les tirettes à habiller et à déshabiller les animaux qui occupent ces pages. Janik Coat, l'auteur de ce livre, adore jouer avec les vêtements ; elle nous avait enchantés avec "Les animaux en maillot", un jeu réalisé en collaboration avec Delphine la Sardine chez Hélium en 2010 pour les enfants dès 3 ans.





Ici aussi, il est question de choisir la bonne tenue en fonction du moment. Tirettes et volets se conjuguent pour qu'Olga, Alceste et Rita s'habillent de manière appropriée selon la saison et le temps. D'un trait qui lui est propre, Janik Coat crée des animaux avec une tête sympathique toute ronde (qui ne sont pas sans me rappeler ceux d'Anthony Browne).




Son oeuvre est exposée actuellement au Square des artistes jusqu'au 9 Novembre. On y découvre Popov, l'hippopotame qu'elle a créé en 2005 chez Memo, animal qu'elle a remis en scène dans ses albums suivants. 
Hélium qui édite Ca dépend avait déjà publié un premier pop-up dans le même esprit. Il s'appelle Tu préfères ? et est illustré par Delphine Chedru. Dans les deux cas, c'est Bernard Duisit qui réalise l'ingénierie de ces pop-up. 

Lili du bruit des livres a adoré Ca dépend et m'a donné envie d'en parler également. C'est un coup de coeur pour la Soupe de l'espace, blog d'une librairie jeunesse que je suis régulièrement et sur lequel j'ai d'ailleurs emprunté les images.
Dès 2 ans.

Ça dépend
Illustré par Janik Coat
et réalisé par Bernard Duisit
Editions Helium

samedi 19 octobre 2013

L'abominable sac à main

Les sacs à main sont vraiment de drôles de choses si on en croit les enfants. Une petite fille regarde avec méfiance le sac à main de sa mère qui engloutit n'importe quoi. Il faut dire que, trop grand, tout s'y perd et trop petit, Maman oublie toujours quelque chose.
Un album très drôle dans lequel le sac à main est vraiment humanisé. André Bouchard y met en image les travers des adultes avec finesse. On rit à chaque page en s'identifiant dans certaines scènes même si rester à la porte car oublier ses clés ne fait pas rire grand monde.




J'avais déjà parlé l'année dernière (ici) de son précédent album dont j'avais apprécié l'aspect mordant. Je l'avais découvert avec Beurk dans lequel il mettait en scène le dialogue hilarant d'un enfant avec le poisson qui ne voulait pas se laisser manger.
Circonflexe réédite aujourd’hui Le Roi qui valait 4,50 € qui était paru en 2003, l'occasion de découvrir un de ses anciens textes à l'humour aussi décalé. Décidément, André Bouchard sait inventer des histoires percutantes.
Dès 5 ans.




L'abominable sac à main
d'André Bouchard
Editions Seuil jeunesse.


dimanche 13 octobre 2013

Bon voyage bébé!

Cet album plein de tendresse est idéal à lire à bébé juste avant l'heure du dodo. 

Il met en scène un tout-petit qui se prépare à partir pour un long voyage ; il remplit sa valise et  ne doit rien oublier de ses affaires préférées : sa tétine, son biberon, son doudou. On lui change sa couche, on lui met une tenue spéciale pour l'occasion. Il y a bien sûr le baiser de maman et le calin de papa.




Quand tout est prêt, on a hâte de savoir vers quels horizons nouveaux sa maman l'emmène.





 


Bon voyage bébé n'est qu'un prétexte à faire le tour des rituels des tout-petits avant le coucher. Sur la quatrième de couverture, on trouve un imagier qui contient tout leur univers et que bébé se fera une joie d'identifier.






Avec humour et tendresse, Béatrice Alemagna souligne l'intensité des moments d'échange entre l'enfant et ses parents. Les gestes simples sont en effet extrêmement importants pour les bébés. Cette histoire nous  montre que ces instants d'aventures  s'inscrivent dans leur quotidien.

On avait l'habitude des grands albums de cet auteur : Un lion à Paris (2008 chez Autrement jeunesse) ou Histoire courte d'une goutte (chez le même éditeur). L'illustratrice est également spécialisée dans l'illustration de textes classiques destinés aux plus grands et s'adresse ici pour la première fois à d'aussi petits lecteurs. Bon voyage Bébé a donc une place à part dans son oeuvre.

Cet album de petite taille aux coins arrondis lui a été inspiré par sa fille et  sera offert à tous les bébés de l'Ardèche nés en 2014 et 2015. L'auteur possède un site (ici) où on peut découvrir l'ensemble de ses travaux.
Dès la naissance.

Bon voyage bébé!
de Béatrice Alemagna
Editions Hélium

lundi 7 octobre 2013

Le Petit oiseau va sortir

D'Edouard Manceau, on avait adoré Tous pareils, Petites pensées de sagesse caribou. Dans cet album, une  belle leçon nous était enseignée, celle de la différence.
Dans Le petit oiseau va sortir, on retrouve avec plaisir le dessin de l'illustrateur. Tous les animaux se dépèchent d' aller assister à la naissance du petit oiseau ; Nino est sur la route. Les appareils photos sont dégainés ; voiture,moto, tout  ce petit monde d'animaux se dirige vers ...un oeuf!
Mais le résultat ne sera pas à la hauteur des attentes. Ce petit oiseau est décidément très impertinent !
Une histoire dans lequel on retrouve l'humour d'Edouard Manceau ainsi que son dessin aux couleurs vives fait de collages de toutes sortes.
Dès 4 ans.


Le petit oiseau va sortir...
d' Edouard Manceau
Editions Milan jeunesse.

dimanche 6 octobre 2013

Plouf ! la petite bête

Comment, vous ne connaissez pas la petite bête ?
Destinée aux tout-petits, la "petite bête" vit dans ses albums des aventures qui font rire les bébés comme leurs parents. En effet, son dernier opus nous emmène tout simplement dans  sa baignoire et, comme pour nos tout-petits, le bain est l'occasion de faire s'animer tout un petit monde autour d'elle.



Personnage récurrent, la petite bête est née en 1998 sous la plume d'Antonin Louchard dans la collection "tête de lard" chez Thierry Magnier.
Vous connaissez la petite bête qui monte, qui monte, qui monte... ? C'est de cette comptine que s'est inspiré l'auteur pour inventer le personnage de la petite bête dans C'est la p'tite bête...  

Mais c'est chez "Petit P.O.L.", section jeunesse de P.O.L., aujourd'hui arrêtée, que la petite bête a vécu de nombreuses aventures. Notamment Allo ! La petite bête, dans laquelle notre héros appelle tous ses amis au téléphone pour venir jouer mais pas possible car le ballon ne répond pas. Ses aventures sont toujours désopilantes par la chute et en même temps pleines de tendresse.

Bayard jeunesse a eu la bonne idée de rééditer ces aventures dans un coffret de cinq tout petits livres, puis plus récemment en plus grand format d'autres titres qui appartenaient au catalogue "Petit P.O.L". Après la Petite bête se déguise et La chanson de la petite bête, c'est cette fois un album inédit qui paraît.

Impossible de ne pas dire deux mots de La Chanson de la petite bête,  album dans lequel  cette dernière s'essaie à divers instruments au fil des pages. Il s'agit d'imiter le tambour, avec un "badaboum boum boum" sonore, la trompette, "tralala pouët pouët", les maracas, la harpe (là, ça se corse...). Les tout-petits adorent tout particulièrement celui-ci qu'on peut leur lire dès 9 mois. 



Ce n'est pas la première fois qu'on aperçoit la petite bête dans son bain. Dans "le bateau de la petite bête" l'aventure se terminait dans la baignoire avec une petite bête qui faisait avancer un petit voilier en lui soufflant dessus. Cet album tout carton nous emmène dans les fonds sous-marins. La petite bête y vit une aventure palpitante. Elle croise des bancs de poissons tout rouges, des pieuvres, des méduses, échappe de peu à un méchant requin grâce à ses nouveaux amis et tente même un peu de ski nautique sous l'eau sur le dos d'une raie. Ouf, que d'émotions pour notre petite bête... ! Mais le bain est fini...
dès 9 mois.

Plouf ! la petite bête
d'Antonin Louchard
Editions bayard jeunesse.







jeudi 5 septembre 2013

Ou est mon canari?

Cet album, également livre jeu,  nous emmène à Venise. Roméo, le canari d'Angelo, s'est échappé. Le petit garçon se lance à sa poursuite dans les rues de la ville.
Alors que chaque page nous dévoile une vue différente de Venise, notre petit lecteur devra essayer de repérer le canari sur l'image. 

L'histoire nous promène dans les rues de la ville du pont de Rialto à la place Saint-Marc en recréant l'ambiance pittoresque propre à la ville.

Les dessins de Princess Camcam fourmillent de détails ; on aperçoit des gondoliers, des scènes de la vie quotidienne.  Une petite fille au marché dit qu'elle n'aime pas les brocolis alors que sa mère en achète sur un étal. On croise des touristes qui visitent la ville. Angelo interroge les passants, Eduardo, le pilote du bateau-taxi, Monsieur Tortellini son maitre d'école, les vendeurs du marché, toujours à la recherche de son canari. Des dialogues sous forme de bulles entrecoupés de mots en italien nous donnent l'impression d'être à Venise.
A chaque page, le canari est bien présent mais difficile à trouver au milieu de cette profusion de détails.

Dès 4 ans.




Où est mon canari?
de Stéphane Husar
illustré par Princesse Camcam
Editions abc melody.

mercredi 4 septembre 2013

Bonne nuit, mon petit lapin!


 

Gros coup de cœur pour cet album très classique tant au niveau du dessin que de la thématique. Voilà un album qui parle du moment du coucher. 





 

Comme tous les soirs, Papa lit à Martin une histoire de lapins. Ce sont les histoires que le petit garçon préfère. Papa fait si bien la grosse voix pour le gros lapin et la petite voix pour le bébé lapin.


Martin s'endort et rêve de lapins... !


Quand il se réveille, il est devenu un lapin. Au début, il trouve ça génial ; il vit dans la nature et a plein de frères et sœurs avec qui jouer.




Puis Papa Lapin décide qu'il faut  creuser de nouvelles galeries pour les  bébés lapins qui vont bientôt naître et Martin trouve ça nettement moins rigolo.




Bonne nuit, mon petit lapin est un album qui aborde beaucoup de thèmes qui parleront aux enfants : le coucher avec l'histoire du soir, les rêves qui parfois se transforment un peu en mauvais rêves mais pas vraiment en cauchemars. 



Martin, au fond de lui, rêve comme tous les petits garçons de ne faire que ce qu'il a envie.
Pourtant, dans cet album, il n'y a ni cauchemars, ni leçon de morale. C'est une histoire toute simple qui fera sourire les enfants et qui donnera certainement à réfléchir aux parents avant de surnommer leur enfant "mon petit lapin".

Dès 4 ans.

Bonne nuit, mon petit lapin!

d'Emma de Woot

Editions Mijade

mardi 3 septembre 2013

Un week-end de repos absolu

D'Alexandra Huard, j'avais beaucoup aimé La Chanson de Richard Strauss paru l'année dernière. Je suis encore une fois tombée sous le charme de son dessin.

Un week-end de Repos Absolu est un album à l'esthétique très années cinquante qui donne un effet un peu  rétro à la lecture. 

L'illustratrice a très bien réussi sa variation sur les tons orangés qui colorent toutes les pages. C'est un décor intérieur qui semble dater de l'après-guerre qui nous accueille dès les premières pages de l'album. Ces mêmes couleurs chaudes vont se retrouver dans les paysages montagneux. On a l'impression de rouler au Canada ou aux États-Unis dans les Appalaches lorsque la DS, elle-même peinte dans un superbe orangé amorce les côtes au milieu des sapins. Ce petit coin de nature où est située la maison est magnifique et incite à la tranquillité. 


Davide Cali, l'auteur de ce texte, nous fait le portrait d'un petit garçon qui sait prendre le temps de vivre, de profiter de son temps libre sans s'ennuyer et qui regarde ses parents s'agiter dans tous les sens avec un grand calme.


Partis pour deux jours de week-end, les parents de notre petit bonhomme ont pourtant la ferme intention de se reposer pour de bon. Toujours occupés dans la semaine, ils semblent bien contents de pouvoir se déconnecter de leur travail. Pourtant, à peine arrivés, ils courent dans tous les sens et font mille et une choses comme bricoler, jardiner, cuisiner. Quant à  notre jeune héros, il  prend  le temps de se balader, de jouer et de lire.
Un album qui laisse en définitive  sur une impression très reposante quand on quitte avec la famille ce petit coin de paradis perdu dans les montagnes.
Dès 5 ans.








Un week-end de Repos Absolu
de Davide Cali
et illustré par Alexandra Huard.
Editions Sarbacane.